Exemple de participation VMVR 2015: les personnages

[CECI EST UNE PARTICIPATION A TITRE EXEMPLAIRE POUR LE CONCOURS VMVR 2015]

Certaines gens pensent souvent que le plus dur dans le jeu de rôle écrit, c’est de comprendre ce que c’est. Mais c’est faux, on peut même résumer ça en une seule phrase: « le jeu de rôle écrit – JDR ou RPG écrit – consiste à jouer le rôle d’un personnage fictif ou réel par le biais de l’écriture, en écrivant son histoire et ses péripéties sur diverses plateformes: réseaux sociaux, forums en ligne, papier, etc. ». Vous avez compris, et ce n’était pas dur ! Non, le plus fastidieux, c’est de s’y mettre et de commencer… Pourquoi ? Parce que pour commencer à faire du jeu de rôle écrit, il faut un personnage. Et ça, mais alors ça, on ne peut pas le résumer en une phrase. J’ai fait des tas de personnages. Et c’était pas toujours joli à voir. J’ai dû en supprimer, en abandonner… S’ils avaient été réels, il y aurait eu du sang partout. Partout. Pour éviter ça et pour vous aider un peu, je vais vous décrire deux personnages: celui que j’aime le plus et celui que je regrette le plus (au sens négatif du terme, bien sûr). Même si avant, je l’aimais bien, forcément.

Mon personnage préféré est une espèce d’aristocrate un peu gauche, maladroit, qui se balade avec un haut-de-forme, est allergique à la magie et est à la tête d’un grand territoire d’une autre époque. Non, ce n’est pas un clown. Simplement un dirigeant pas vraiment crédible. Il a de la classe, mais de loin. Du coup, je peux faire intervenir pleins de petits détails dans mes rps (textes des jeux de rôles) comme des manies ou des rattrapages d’erreurs discrets, ou encore des jeux de gestes qui traduisent son attitude en fonction de son respect et de sa considération pour l’autre. Ce personnage, je l’aime bien aussi parce qu’avec lui je peux vraiment faire un peu n’importe quoi. Il est ambivalent : il peut être très sérieux et à la fois ridicule, et sa fonction lui permet d’aller vraiment où il veut ! C’est une mine d’or d’histoires : avec lui j’ai ou je pourrais raconter l’histoire de son haut-de-forme, de sa carrière, de ses manières, de sa maladresse (j’avais marqué maladroiterie… hum.), de sa famille ou de pleins d’autres choses. Et ça, c’est en partie parce que j’ai laissé un certain flou dans son histoire. Oui, il a échappé à la sombre manie que j’avais avant de tuer toute la famille de mes personnages, de leur donner un passé abominable pour finalement en faire des insouciants naïfs et « rigolooos » qui n’avaient rien à faire de plus. C’était au début, c’était illogique et horrible.

Pour exemple, voici donc le personnage que je considère comme le plus raté. Sur un forum inspiré de « La Guerre des Clans » (une série de livres félins) où il fallait incarner des chats sauvages, j’incarnais un petit chaton en formation pour devenir guerrier. Oui, c’était particulier. Hé bien pour ce pauvre chaton, j’avais décidé de faire noyer son père et sa mère dans un lac pour ses 2 « lunes » ( 2 mois). Normalement, il aurait du être atrocement choqué et marqué, tout comme son frère qui avait vu la scène sans rien pouvoir faire ! Hm… Et bah non. Je vous incite à lire la fin du récit où il a perdu ses parents, avec de très belles fautes: « 1 lune (1 mois) était passée et mon frère et moi jouions dans la boue. Je lui en mis en pleine figure, mais il ne laissa pas faire, il se retourna et me donna un petit coup de patte.Nous nous mîmes à rire.Maintenant nous avions tournés la page, tout ce qui s’était passé auparavant était du passé. ». Voilà, un vrai chef-d’oeuvre… Le genre de personnages illogiques que j’ai fait, qui n’avaient aucune possibilité d’évolution à part: « je suis heureux et je m’amuse, lol », en totale contradiction avec leur passé. Pourtant, on ne voit pas forcément que notre personnage est pourri lorsqu’on le fait, et c’est là toute la difficulté et la subtilité du jeu de rôle.

Pour conclure, l’important pour créer un personnage qui nous plaît est, selon moi, de laisser un peu de flou dans son histoire pour pouvoir le développer plus tard et de rester cohérent avec ce qu’il a vécu pour pouvoir intégrer des nuances de caractère avec lesquelles on pourra s’amuser plus tard !

Publié dans : Concours et événements |le 21 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Luthier cap breton |
Gerar24 |
Journal du bon Hobbit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Transamandatorride
| Urlreference
| GEORGEODETTE