Archive pour février, 2016

La mort des personnages dans le RPG

Avez-vous déjà fait mourir un personnage dans un RP ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Vous ne l’ignorez pas, la mort est un sujet délicat voire tabou dans la vie réelle. Mais le rpg aussi peut rencontrer ce « problème » à un moment donné, même s’il y reste beaucoup plus léger parce que c’est nous qui en sommes maîtres alors, et que c’est quand même un peu plus fun : bref, vive la mort ! Tandis que des joueurs ne veulent purement et simplement pas faire mourir leurs personnages (« ze suis zentil mwa :c »), certains acceptent les léguer le temps venu, alors que d’autres préfèrent mythifier leur disparition. Et c’est justement de ce dernier choix dont nous allons parler : comment écrire la mort de son personnage ?

I – Quand et pourquoi le faire

Décider de la décomposition de son personnage, c’est très bien… mais à quel moment ?  L’occasion la plus évidente serait un départ spontané du joueur. Certains partent en abandonnant leur personnage, mais beaucoup préfèrent en profiter une dernière fois dans un rp ultime. Pour moi, c’est une sorte d’hommage qu’il faut rendre pour remercier sa création, grâce à qui on vit parfois beaucoup de moments presque inoubliables. Je trouverais aussi que sauter ce passage laisserait le personnage inachevé, un peu comme si on partait sans dire au revoir et sans fermer la porte (« hm… non. »). Tout au contraire, on peut décider que le moment est venu pour lui de disparaître au vu de sa construction, ou qu’on aura plus rien à en tirer. On va alors au bout du personnage ! Enfin, il y a toujours la lassitude et la panne d’inspiration, mais dans ce cas-là on choisit souvent d’abandonner sans passer par l’étape de la mort. Néanmoins le décès n’est pas toujours le choix le plus indiqué : ce n’est pas un passage obligé ! Certains personnages devront plutôt s’en aller vers l’inconnu (#laphraselaplusvaguedumonde), partir ailleurs, en voyage ; certains pourront vivre sous une autre forme, se réincarner ; et d’autres continueront simplement à vivre, même après qu’on ait arrêté de les jouer. Sans compter les contextes qui se déroulent déjà dans l’au-delà

II – Comment faire

Je tiens quand même à préciser avant tout que l’abord du meurtre de la mort dépend du personnage, du contexte du rpg, et même du rpg (certains n’acceptent pas les rps en solitaires, certains on des règles spécifiques pour les décès, etc.). Mais au-delà de ça, certains éléments sont indiqués pour réussir son écrit final. Je vais donc vous transmettre les conseils qui me semblent judicieux afin de réussir cette épreuve ! Bien sûr, ce n’est qu’un point de vue et je ne prétends en aucune manière détenir le secret ultime pour la rédaction de ce type de RP, même si certains points que je vais évoquer me paraissent généralement admis.

1/ Contrôle du mélo-drame

Le premier piège à éviter d’après-moi est le mélodrame. La mort larmoyante sous fond de pétales de cerisiers en fleur peut nous attirer, mais il est possible de rester touchant sans noyer son clavier de pleurs. Il faut à tout prix éviter de « jeter son oeuvre dans les flammes macabres lors d’un rp élégiaque empreint de tragédie et de sentiments bouleversants provoquant une catharsis foudroyante chez le lecteur »: et pourquoi pas une mort simple mais efficace ? Elles parlent parfois beaucoup plus que certains clichés. La banalité d’une mort, voir son ridicule (lorsqu’il est recherché) peut justement provoquer un effet plus frappant chez le lecteur. Après, il ne faut pas oublier de se faire plaisir : on peut écrire un rp mélodramatique tout en restant raisonnable et pas excessivement pathétique. Ce principe concerne surtout l’écriture, plus que la mort en elle-même, même si c’est forcément lié (ce sera dur d’éviter le mélodrame avec une femme qui saute d’une falaise, les cheveux dans le vent). Par exemple, éviter les multiples « Oh ! » « Non ! » « Ah ! » ou encore les tournures du genre « Hélas, il était déjà trop tard. » ou « Quel malheur, elle n’a rien pu faire ! ». Mais c’est là aussi que les nuances dont je parlais en introduction interviennent : si le personnage est super badass extraordinaire de la mort qui tue (« On parle de moi ?? »), on peut le faire disparaître en éclipsant le Soleil pour marquer l’événement ! Ça dépend, comme je l’ai dit, du jeu de rôle et du personnage. Somme toute, n’importe quelle mort peut être parlante, mais il faut vraiment faire attention à ne pas théâtraliser l’événement. Évitez donc les scénarii mis en scène dans le but absolu de peiner le lecteur puisque bien souvent à trop vouloir cela, on tombe dans l’effet inverse. Vous pouvez quand même faire se questionner le personnage sur lui-même, sa vie et divers sujets de dernière heure, ce qui lui donnera un fond, une crédibilité et permettra plus de sympathie (au sens premier du terme). Préférez précipiter l’action puis ralentir sur la réflexion du personnage, le ressenti plutôt que de traîner sur l’action : on évitera justement le mélo-drame et ce sera un élément qui pourra provoquer l’effet de surprise.

2/ L’effet de surprise

L’effet de surprise, justement ! Il peut-être très efficace, aussi bien pour émouvoir que pour rendre la mort plus originale ou plaisante à lire. Alors, oui, vous me direz qu’on sait généralement déjà le sujet du rp lorsqu’on s’apprête à le lire, mais raison de plus pour davantage étonner ! Pour ce faire, il faut d’une part rendre soudaine la mort, comment dit précédemment. Ça ne veut pas dire résumer l’action en une phrase, mais se concentrer sur l’ »après ». Il y aura une sorte d’énergie, de rapidité qui surprendra, en plus de donner envie d’en savoir davantage. Une mort brute comme un accident de voiture, une rupture d’anévrisme est idéale si on veut absolument surprendre, mais on peut très bien faire sans si l’on souhaite une fin particulière. D’autre part, vous pouvez profiter de la mort pour résoudre plusieurs problèmes qu’aura rencontré le personnage, pour éclaircir des ombres de sa vie. Ce serait alors une sorte de dénouement final, de « chute », et donc clairement un effet de surprise. Cela peut surtout se traduire dans la réflexion du personnage : il comprend une chose importante avant de mourir, comme une énigme ou un détail qu’il avait omis, et qui va régler une question plus ou moins importante. La mort en elle-même peut aussi intervenir : par exemple, un policier qui n’arrive pas à prouver qu’une personne est un tueur en série, et qui se fait finalement tuer par elle, ce qui permet d’enfin l’accuser. Les possibilités sont multiples, la découverte dont on parle peut aussi être infime, juste un détail qui ferait sourire ! Enfin, on peut mettre en scène une mort incompatible avec le personnage ou opposée à sa vie. Le summum de cet « art » serait ainsi, à mon sens, de créer une morale, une ironie finale, comme dans une fable ou une nouvelle, qui offre une nouvelle interprétation du personnage. Une personnalité célèbre pourrait ainsi décéder seule, dans un coin, tout juste au regard d’un mendiant : cela le remettrait à sa « place » et on pourrait se poser des questions sur sa réelle valeur.

3/ Ponctuer le personnage

Oui, je comprends votre confusion à la lecture du titre (« point à la ligne LOL »). Mais il faut prendre conscience que la mort ponctue réellement le personnage. C’est là que tout prend fin – ou presque – et il faut donc que tous les aspects du texte reprennent l’ensemble du personnage. Arriver à ce résultat, c’est pour moi LA mort réussie. La mort doit pouvoir résumer toute une psychologie, tous les choix passés, toute la vie justement. Le personnage avait des objectifs, des buts, des envies, et c’est là qu’on pourra faire le bilan ! Le rp du décès permet de justifier tout le développement de notre création qu’on aura effectué lors de notre jeu. Chaque phrase peut ainsi être mise à profit pour relater chaque face du personnage. Prenons le type du profil compliqué : un égoïste altruiste. Imaginons quelqu’un qui aie été centré sur lui-même afin d’épargner les autres à sa manière. Quelle pourrait être sa mort ? Un suicide pourrait être envisageable car c’est pour moi la disparition la plus personnelle, avec la volonté de disparaître de la vie des autres. C’est un exemple et il est assez grossier, il pourrait être discuté mille fois et dépend de l’interprétation de chacun, mais il illustre ce dont je parle (« TU ÉCRIS, TU PARLES PAS ! ») : il faut réunir toute la complexité ou du moins toutes les branches du personnage à la fin. C’est cela qui le ponctuera. Comment ? Vous pouvez faire une  liste de toutes les problématiques et angles généraux de sa vie, de sa construction afin d’en créer des micro-bilans et ainsi avoir les réponses à toutes les questions qui ont été posées lors du jeu. Tâchez de ne rien regretter et de ne rien avoir omis après avoir rédigé ce texte ! Amenez beaucoup de réflexion plus que de description : pendant, après ou même avant la mort, il serait préférable de montrer les pensées claires du personnage qui explique ou résout chaque élément de sa vie, ou alors les plus importants, qui le définissent. On peut éventuellement laisser une [toute] petite part de mystère. La mort en elle-même pourra être développée, mais doit rester je pense un prétexte pour amener enfin la touche finale ! Alors, bien sûr, le décès ne fait pas tout et on aura pu faire avancer la construction du personnage tout au long des rps et y résoudre beaucoup de questions, mais ça reste bien souvent ce qui clôturera le jeu. Bon, je ne vais pas faire le papy gâteux qui philosophe en perdant la boule – je rappelle que c’est uniquement ma vision des choses et qu’on peut aussi penser que la mort n’est qu’un détail à l’échelle de la vie du personnage – donc je vais simplement finir avec une question qui selon moi est centrale pour ce rp : Cette mort permet-elle de comprendre le personnage ?

Merci de votre lecture et n’hésitez pas à réagir pour partager votre point de vue !

Publié dans:Autour du RPG écrit : réflexions |on 28 février, 2016 |7 Commentaires »

Quelques projets RPG

Pour ceux qui trouvent qu’en ce début d’année le monde du rpg est un peu flagadouille, voici la présentation de trois beaux projets à suivre absolument et qui sont d’ailleurs partenaires du blog !

I – Infinite RPG ou une nouvelle plateforme

Vous en avez sûrement entendu parler, le projet Infinite RPG rassemble la communauté rôliste : après de nombreux événements (ex : Concours VMVR 2015), articles, vidéos et tant d’autres activités, le site lance maintenant un réseau social pour joueurs, et bientôt une nouvelle plateforme RPG ! Oui oui, c’est bien cela, une toute nouvelle plateforme, au même titre que les autres sauf que celle-ci sera bel et bien dédiée au jeu de rôle (tandis que les autres plateformes servent divers domaines). Mais comment cela marche-t-il donc ?! Je vais présenter le site à partir de mon expérience afin que ce soit un peu plus clair pour vous, d’autant plus qu’il est encore en bêta (« Comme quoi y a pas que toi de bêta ! … Ok, je sors. »).

1/ Un vrai réseau social pour rôlistes

Ce nouveau réseau social est ouvert spécialement pour les rôlistes. Chacun a donc son profil, avec une rubrique « rôliste » spécifique pour se présenter en tant que tel. Le système relationnel repose ensuite sur des abonnements, un peu comme sur Twitter, avec des publications écrites par les inscrits. Ces publications ne concernent pas le rpg en lui-même et n’ont même pas nécessairement pour thème cela. Elles se trouvent sur une « timeline », aux côtés de nos activités sur le site (on peut aller consulter la timeline des autres membres inscrits). Il est possible de partager des publications mais aussi de les commenter et de les aimer, auquel cas elles seront répertoriées dans les « favoris ». Le système repose donc sur l’interactivité directe, tout comme les autres réseaux sociaux (« oh, je pourrais l’ajouter à mes comptes Facebook, Twitter, Tumblr, Snapchat, Skype, Ask et Vine alors ?? 8D »).

2/ Des clans comme support

Une autre particularité du réseau, en plus du fait qu’il s’adresse aux rpgistes, est la présence de « clans », des sortes de groupes où l’on peut échanger sur divers domaine : le rpg bien sûr mais aussi beaucoup d’autres, du simple échange entre membres aux publicités, en passant par les divertissements ! On pourra créer son clan avec une atmosphère et des membres propres, où en rejoindre un qui existe déjà. 

C’est donc un projet vraiment prometteur, avec par la suite la création d’une plateforme qui sera très adaptée au rpg puisqu’elle aura été créée pour (Uh, my name is Stein, Einstein.). Je ne peux que vous inciter à aller voir de vous même et à rejoindre les centaines de membres de la communauté ; et comme vous le savez certainement, Infinite RPG dispose aussi d’un site de base avec des multiples ressources autour du rpg dans tous les sens du terme !!

Infinite RPG; Compte Twitter; Page Facebook; Chaîne Youtube

II - Avatar WTF ou un moteur de recherches d’avatars

On a tous galéré un jour pour trouver un avatar qui nous convienne vraiment (« C’est vrai ! Moi je cherche toujours un bébé aux cheveux violets avec les jambes de Céline Dion et des airs de David Bowie, ah et qui porte les lunettes de Psy aussi, mais impossible de trouver >_< »). Mais maintenant, plus besoin de passer de vaines annonces sur Facebook, de demander à Google ou de piquer celui du premier membre inactif : avatar WTF est là ! Qu’es aquò ? Et bien c’est un projet de moteur de recherches d’avatars fonctionnant sur des mots-clés. On peut alors choisir de multiples critères pour affiner notre recherche et arriver à l’image de nos rêves : il est possible de filtrer par sexe, âge, couleur des cheveux, des yeux ou encore l’origine et même la profession de la personne réelle ! Pour le moment justement, le site ne référence que des avatars réels (voir article sur les avatars et signatures), mais c’est déjà un boulot considérable. En effet, il y a déjà pas moins de 1123 avatars recensés, et ce n’est pas fini puisque chacun peut participer et fournir la banque d’images ! Mais ce n’est toujours pas fini (« tiens tiens, ça me fait penser à une pub… =.= »), pour ceux qui en veulent encore, l’annuaire possède une page Facebook « Chercher un avatar c’est comme l’expression WTF », expression assez juste je trouve, où sont postés chaque jour des avatars à thèmes, et où vous pouvez également en demander. Le compte est de surcroît très actif avec plus de 8000 mentions « j’aime » ! Vous l’aurez constaté, Avatar WTF est un superbe projet, déjà très riche en contenu, qui n’attend que vous pour l’aider. Ce n’est pas un outil commercial mais bien destiné à la communauté RPG alors profitez-en et faites-en profiter les autres !

Page Facebook; Moteur de recherche

III – Brune ou une chaîne dédiée au RPG

Et si il existait une chaîne de télévision consacrée au rpg ? Et bien c’est un peu le cas avec Brune, une jeune youtubeuse qui publie de nombreuses vidéos sur le sujet ! Avec humour, cosplay (« je me souviens de ses bois de cerf :3 ») et folie justesse, elle nous parle des personnages et des clichés, nous conseille et tourne pas mal d’annexes très intéressantes. Là où le projet est d’autant plus attrayant, c’est qu’elle organise des vidéos interactives : par exemple celles intitulées « La Parole Est Aux Joueurs » (#LPEAJ) auxquelles vous pouvez participer en rendant compte de votre expérience sur le sujet donné à la fin de chacune d’entre elles; ou les « Stereotype vs Reality » qui permettent de vous exprimer sur les clichés dont souffrent les joueurs de RPG écrit. Mieux encore, vous pouvez suivre son activité sur son blog des « chroniques d’une rpgiste ». N’hésitez pas à vous abonner à sa chaîne, à suivre l’actualité de son vlog et de son blog, vous pouvez également la suivre sur les réseaux sociaux et surtout contribuer à son projet !

Chaîne YoutubeChroniques d’une rpgiste; Page Facebook; Compte Twitter

Publié dans:Autour du RPG écrit : idées |on 5 février, 2016 |2 Commentaires »

Luthier cap breton |
Gerar24 |
Journal du bon Hobbit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Transamandatorride
| Urlreference
| GEORGEODETTE